b) Du nerf optique au cortex visuel

       C'est par le nerf optique que l’information visuelle, maintenant traduite en influx nerveux, s'y propage pour se rendre jusqu'aux différentes structures cérébrales, responsables de l'analyse de signal visuel.

      Le nerf optique est formé par des fibres nerveuses, appelées axones. Les axones sont le long prolongement fibreux du neurone, qui conduisent l'influx nerveux (provenant de la rétine)sous forme de signaux électriques (en direction du cerveau).

Ces fibres vont alors, le long du nerf optique, s'étendre du chiasma optique aux lobes occipitaux (permettant la vision), du cerveau.

 

      Le chiasma optique est la zone de croisement des nerfs provenant de chaque œil. C'est la division du champ visuel, dont ce croisement partiel (nous) montre comment les messages nerveux venant du champ visuel gauche aboutissent dans l’hémisphère cérébral droit et inversement.


2-4.jpg

 

      Les informations visuelles perçues par les yeux sont alors en effet relayées jusqu'au cortex visuel, situé dans la région occipitale.

3-1.jpg


      Les nerfs optiques se terminent au niveau d'un relais cérébral appelé le corps genouillé latéral (CGL). Ce passage, du chiasma au cortex visuel (qui se situe dans le lobe occipital), est possible grâce à ces corps genouillés latéraux, qui trient plus finement les fibres nerveuses selon la zone visuelle qu'elles couvrent. C'est le premier relais des voies visuelles, qui vont rejoindre leur cible principale: le cortex visuel primaire (ou V1) (responsable de la perception visuelle). C’est là que l’image va commencer à être reconstituée. Cette projection du CGL vers le cortex visuel porte le nom de radiation optique. (*5)

4-1.jpg


      Le cerveau humain est constitué de trois types de cortex, l'archicortex, le paléocortex, et le néocortex, qui se différencient par leur rôle. Ici, nous nous intéressons au néocortex, impliqué dans les fonctions cognitives, comme les perceptions sensorielles, les commandes motrices, la conscience ou encore le langage. Il est lui-même constitué de petites zones, appelées aire corticale, dont chacune est responsable de certains types d'activités (il y en a 6).

 

gray756-1.png

 

Organisation fonctionnelle du néocortex humain.

 

     . Aire motrice primaire      . Aire motrice supplémentaire préfrontale      . Aire sensorielle primaire      . Aire d'association sensorielle       Aire visuelle primaire      . Aire  auditive primaire

 

      Ce néocortex est divisé en quatre lobes, compris dans chaque hémisphère: le frontal, le pariétal, l'occipital et le temporal. Ils effectuent des tâches distinctes. Le lobe occipital contient le cortex visuel primaire.

 

8.png

 


 Le néocortex est donc la partie supérieur de l'ensemble des 4 lobes.


 

9-bis.jpg

 

 

      Le cortex est divisé en aires corticales (aires visuelles) spécialisées et hiérarchisées. Elles travaillent toutes de manière complémentaire pour élaborer une image unique et nette. Les messages visuels, transmis sous forme d'activité neuronale, sont donc tout d'abord dirigés dans la première étape du traitement cortical; l'aire V1 (celle-ci occupe une grande place dans la vision). Les informations recueillies y sont analysées puis distribuées aux autres aires. L’aire visuelle primaire correspond au point d’entrée dans le cortex des messages nerveux provenant de la rétine via le relais cérébral.

La deuxième aire, V2, trie de façon encore plus fine les nombreuses informations reçues de V1. Elles jouent un rôle très important dans la perception des contours mais elles traitent également l'orientation, les textures et les couleurs. Ces deux aires sont donc incontournables dans toute perception visuelle fine. 

     Les autres aires sont ensuite stimulées; chacune ayant sa spécialité.

L'aire V3 analyse les formes en mouvement et les distances tandis que V4, s'occupe du traitement des couleurs et des formes immobiles.

Enfin, V5, que l'on ne peut observer que par imagerie à résonance magnétique (IRM), joue un rôle dans la perception des mouvements. 

 

5.jpg

 

 

 6-on-wiki-4.png     Après avoir traversé ces différentes aires corticales, les informations sont dirigées  vers deux grands ensembles qui les séparent. Tout d'abord, la voie dorsale, qui se  termine dans le lobe pariétal, est impliquée dans la perception visuelle de l'espace. Et  enfin, la voie ventrale, terminée dans le lobe temporal est, elle, essentielle dans la  reconnaissance et identification d'objets ou de personnes.

7-bis-1.jpeg

    Le lobe occipital, est la zone du cerveau impliquée dans le traitement des informations visuelles. Il se trouve en arrière de l'hémisphère et contient l'aire visuelle recevant et analysant les informations provenant de la rétine.


      Donc la perception visuelle est donc fondée sur la coopération de différentes régions corticales, construite grâce à la coopération de cellules nerveuses du cortex organisées en réseau.


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site